Bonnes fêtes !

Le Maire et l’ensemble de l’équipe municipale vous souhaitent de bonnes fêtes de fin d’année !

🎅🎄🎁 Pour que ces moments de partage et de convivialité restent un beau souvenir, protégez vos proches en respectant les gestes barrières 😷

Prévention

Monoxyde de Carbone

Quand les températures baissent, le risque d’intoxication au monoxyde de carbone augmente.

Invisible, inodore et non irritant, ce gaz est imperceptible.

Adoptez les bons gestes pour réduire les risques. Pour en savoir + : https://bit.ly/3mm9ZAJ

Les Rives de l’Ill

Voici les horaires du lundi 20 au dimanche 26 décembre :


• Lundi 20 de 11h45 à 13h15 et de 14h à 19h30
• Mardi 21 de 14h à 19h30
• Mercredi 22 de 9h30 à 12h et de 14h à 19h30
• Jeudi 23 de 11h45 à 13h15 et de 14h à 19h30
• Vendredi 24  Fermée
• Samedi 25  Fermée
• Dimanche 26  Fermée.

Et du lundi 27 décembre au dimanche 02 janvier :


• Lundi 27 de 11h45 à 13h15 et de 14h à 19h30
• Mardi 28 de 14h à 19h30
• Mercredi 29 de 9h30 à 12h et de 14h à 19h30
• Jeudi 30 de 11h45 à 13h15 et de 14h à 19h30
• Vendredi 31  Fermée
• Samedi 1er  Fermée
• Dimanche 02 de 8h30 à 12h30.

Piscine Les Rives de l’ill
Route de Mulhouse, Tagolsheim

Urgences d’Altkirch

Face à la pénurie de personnel, le groupe hospitalier de Mulhouse a décidé, en accord avec l’agence régionale de santé, de fermer son service d’accueil des urgences la nuit.

A partir du lundi 20 décembre, les urgences de l’hôpital d’Altkirch seront ouvertes tous les jours de 8h30 à 21h30, avec des admissions seulement jusqu’à 20 heures.

Journée nationale d’hommage aux « morts pour la France » pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de Tunisie

« Message de Madame Geneviève DARRIEUSSECQ, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens Combattants

En ce 5 décembre, nous faisons de cette journée nationale le rendez-vous de la fidélité. Fidélité dans l’hommage solennel rendu à toutes les femmes et à tous les hommes, civils ou militaires, qui sont « morts pour la France » de 1954 à 1962. Fidélité dans la reconnaissance pour toutes celles et tous ceux qui ont porté les armes de la France. Fidélité dans le souvenir des victimes des tragédies de la Guerre d’Algérie ou des combats au Maroc et en Tunisie. Fidélité par l’action de l’Etat et la reconnaissance à destination des rapatriés.

Des soldats de métier, des centaines de milliers de jeunes hommes appelés ou rappelés sous les drapeaux, des milliers de membres des forces supplétives ont servi et combattu. Près de 30 000 périrent souvent très loin de leurs attaches et de leurs familles, souvent à l’âge ou l’on construit sa vie. Cette journée leur est consacrée.

Toute une génération a affronté la guerre et ses multiples visages, la violence et son âpreté. Nombreux sont ceux qui en souffrent encore dans leur chair, dans leur corps et dans leur esprit. Nombreux sont ceux pour qui le souvenir de ces mois de service et de guerre est toujours tenace. Les anciens d’Afrique du Nord sont les forces vives du monde combattant et saluent aujourd’hui leurs frères d’armes « morts pour la France ». La Nation les accompagne dans leur hommage et pense aussi aux disparus civils et militaires.

La France sait la douleur des anciens harkis qui ont été contraints de quitter leur terre natale et ont été indignement accueillis en métropole. Nous œuvrons pour la reconnaissance et la réparation.

Collectivement, nous voyons, nous ressentons encore les blessures non-cicatrisées nées de cette épreuve nationale, nées de la complexité et des multiples facettes de la Guerre d’Algérie. Nous n’oublions ni les souffrances des civils, ni les familles qui ont abandonné un pays qu’elles aimaient tant. Autant de drames familiaux, personnels et même intimes, notamment pour les rapatriés d’Algérie.

Ils sont le million de Français d’Algérie d’origine européenne, ce peuple mosaïque fait d’artisans, de commerçants, d’agriculteurs, d’enseignants, de militaires, de fonctionnaires et d’entrepreneurs, souvent de conditions modestes. Ils ont été arrachés à leurs racines après le 19 mars 1962. Certains ont été tués par des balles françaises le 26 mars rue d’Isly, d’autres ont été massacrés à Oran le 5 juillet 1962. Nombre d’entre eux ont été accueillis dans des conditions très précaires, rejetés ou stigmatisés, connaissant parfois le désarroi psychologique ou la misère sociale. Ces vérités doivent être énoncées, simplement, clairement. Sans les polémiques, les préjugés ou les non-dits qui enkystent les consciences et participent à l’affrontement des mémoires.

Ensemble, nous contribuons à transmettre, à expliquer ce passé douloureux, à reconnaitre les fautes qui ont été commises. Nous le faisons en partageant les mémoires individuelles, familiales et associatives, en développant le travail de recueil des témoignages, en incitant les témoignages croisés au sein des établissements scolaires. Ainsi, le 60ème anniversaire de l’année 1962 sera celui du dialogue et de l’apaisement entre les différentes mémoires de la guerre d’Algérie. »

Prévention

À l’occasion des fêtes de fin d’année, et par mesure de sécurité, interdiction d’achat, de vente, de cession, d’utilisation, de port et de transport des artifices de divertissement et articles pyrotechniques dans le Haut-Rhin.


Plus d’infos 👉 https://bit.ly/3ogZe4e